Écrit par Alice et Fred  |  Mis à jour le 15 avril 2021
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Utiliser notre force mentale en compétition de course à pied

Au top départ, on va commencer à se concentrer sur notre rythme. Maintenir son allure de course est assez facile à ce moment là alors que l’on est encore dans une phase de pensée positive. En revanche, cela changera totalement lorsque l’on rencontrera des moments difficiles durant la course. Il faudra redoubler d’effort pour rester concentré sur son allure grâce à sa force mentale. Vous savez qu’à un moment ou à un autre cela va se produire et que les pensées négatives arriveront. Il faut donc être prêt en course à pied… mais vous l’êtes car vous avez expérimenté votre préparation mentale à l’entraînement ! Vous vous êtes préparé mentalement pour cette compétition de course à pied !

runners en train de courir en pleine compétition

Quand le cerveau nous incite à ralentir, prendre conscience de la baisse de moral pour réagir au plus vite en compétition

Après plusieurs kilomètres, notre esprit commence à laisser place au négatif. A ce moment de la course, il faut de suite réaliser que l’on bascule dans cette phase de pensées négatives. Repérer au plus tôt ce moment de doute et d’abattement, c’est en prendre conscience pour contrer au mieux ce qui va se traduire par une baisse de moral. Faire appel à sa force mentale en course à pied, c’est ne pas se sentir perdu. Vous allez réagir alors même que le moral diminue et que l’effort se fait davantage ressentir physiquement.

Notre cerveau veut nous convaincre de ralentir pour ne pas faire face aux difficultés. Il faut parvenir à rester concentré tout au long de la course. Vous devez accepter d’entendre le message envoyé par notre cerveau. Il ne faut surtout pas ignorer le signal qu’il nous envoie, il faut plutôt le contrer. Ce sont dans ces moments difficiles que notre force mentale en course à pied a son rôle à jouer. Notre esprit veut nous forcer à ralentir, il veut nous influencer. Il est important de résister et de ne plus penser au fait que c’est difficile. C’est maintenant que l’on va pouvoir se prouver de quoi on est réellement capable.

On parvient alors à détourner notre attention de la difficulté que l’on rencontre mais malheureusement ce n’est que provisoire. En effet, plus on tente d’échapper aux pensées négatives, plus notre cerveau va tenter de nous y confronter. Dès que vous vous rendez compte que les pensées négatives refont surface, entendez les à nouveau. Et rapidement concentrez-vous sur quelque chose de positif.

Exploiter sa force mentale c’est se fixez des objectifs tout au long de la course

Utilisez votre force mentale en course à pied pour faire face à ces moments où vous êtes fatigué. Il faut faire un focus sur des éléments qui occuperont notre esprit. Utilisez votre force mentale pour vous fixez des objectifs successifs. Concentrez-vous sur votre foulée, sur votre respiration ou sur votre rythme. Et n’oubliez surtout pas que vous êtes là avant tout pour le plaisir. Réagissez aux encouragement en remerciant les gens au bord de la route qui participent à cette ambiance !

Si vous parvenez à rencontrer le runner qui tient le bon rythme et qui vous permettra de vous y accrocher, alors profitez-en.
Et si un autre coureur vient à vous doubler, il ne faut surtout pas s’en vouloir. Il faut se dire que l’on ne ne court pas contre lui. En réalité on lutte contre soi-même pas contre les autres. Peut-être vous doublerez ce même coureur si celui-ci a été un peu trop ambitieux en début de course.
Surtout, ne vous risquez pas à regarder votre montre pour voir la distance ou le temps restant avant de franchir la ligne d’arrivée.

Le delta entre notre potentiel et ce que l’on exploite vraiment, réside dans notre force mentale en fin de course

Il ne vous reste que quelques kilomètres à parcourir voir quelques centaines de mètres, vous devez tenir bon. Restez concentré car la fatigue accumulée peut vite vous jouer des tours avant la fin. Dites vous que vous arrivez presque au bout de la distance. Vous allez puiser dans vos dernières réserves d’énergie et vous vous dîtes que vous devez tout donner.

Le peu de force qu’il vous restera vous permettra peut-être d’accélérer sur les centaines ou dizaines de mètres restant. Et si vous ne parvenez pas à accélérer alors, faîtes tout pour garder le rythme. Même si physiquement vous sentez que c’est presque impossible, il vous reste encore de la force mentale !

Une fois la ligne d’arrivée franchie, vous réalisez que vous avez réussit à solliciter le peu d’énergie que vous aviez, grâce à votre force mentale. C’est à ce moment là que vous ressentez la sensation de votre course réussie. Vous réalisez que vous aviez bien fait de participer à cette compétition. Quelle que soit votre perception de la compétition, prendre du plaisir doit demeurer le point le plus important ! Il ne vous reste plus qu’à profiter pleinement de ce moment de plaisir de fin de course pour votre propre bien-être !



Partager  :

  • Alice

    Co-auteur du blog
    Diplômée et cuisinière de métier. Passionnée par la nutrition, pratiquant le running mais aussi différentes activités sportives depuis toujours.

  • Fred

    Co-auteur du blog
    Chef de projets digitaux et runner depuis plusieurs années. Passionné par les sciences humaines et la pratique d'activités physiques en général.